mardi 25 février 2014

Celle qui voit le temps passé

Je suis le maître du monde !

J'ose même pas te raconter mais hier soir il m'est arrivé un truc horrible outre le fait que je me suis ingurgitée 3 Craquinettes au chocolat en loucedé de peur que mes enfants viennent me quémander un bout, je suis allée au toilette, jusque-là rien d'anormal, jusqu'au moment où dans un geste d'une élégance rare, je me suis effleurée ma toison d'hiver et que vois-je au milieu de cette moumoute brunâtre ? ... Deux copains blancs collés l'un à l'autre de peur sûrement qu'on les sépare ! 

Mon dieu ! 

Je veux bien admettre une chevelure blanchâtre, supporter les racines, me coltiner une coiffeuse acerbe, vider mon compte en banque pour assouvir mon désir de naturel, mais au grand jamais je ne vais pouvoir accepter ses deux potos avachis sur mon oiseau de paradis.

Terrorisée à l'idée que mon mari en farfouillant se rende compte de la vieille aigrie que je deviens, j'ai couru tel un athlète vers ma salle de bain et me suis littéralement jeté sur ma pince à épiler oubliant les préceptes des grands manitous "1 arraché 10 de retrouvés" et j'ai scrupuleusement mis fin dans la douleur à cette courte amitié et à cette poilade quotidienne.

J'ai rêvé toute la nuit de ses deux êtres, me voyant déjà en acrobate chez l'esthéticienne ma coloration posée pour une petite demi-heure, et les crampes du lendemain. J'ai imaginé mon coming-out lors de nos nombreuses réunions dominicales, la voix tremblotante "Papa, maman, j'ai accueilli deux longs êtres blancs sur ma région pelvienne, mon dieu, je suis désolée, aimez-moi comme je suis, je suis toujours la même personne ...  Ne me rejetez pas !" 

L'angoisse au réveil en soulevant ma charmante petite culotte, l'angoisse de voir une dizaine de blancs envahir mon si vieux continent noir. Après une analyse en bonne et dû forme, aucun n'a osé pointer le bout de son nez. 

Rester bien l'œil vif collé sur vos multiples poils, ils sont rapides comme l'éclair (tu sens les bonnes références culturelles qui en mettent plein la vue lors d'un dîner chez l'ambassadeur), tapis dans l'ombre, ils sont capables de se dévoiler au grand jour lors de moments existentiels.  

T'imagines si on te branche dans la rue "bonjour madame, vous avez quel âge ?" J'ai l'air d'avoir quel âge, non mais la à l'instant tu me donnes quel âge, comment ça la trentaine, tu veux que je te montre ma chatte, y'a pas un morceau de vieille qui dépasse, j'ai la foufoune d'une jeunette certes un poil fourni mais c'est l'hiver, monsieur, l'emmitouflage, tu connais ? Allez viens je vais te montrer une chatte parfaite, pas un mouton blanc égaré, et reviens, pourquoi tu cours, reviens, comment ça juste un sondage sur les saucisses ... Attends reviens j'adore les saucisses, moi !!!  

Heureusement qu'en vieillissant on perd ses poils, et qu'on devient naturellement imberbe du bas... Tiens toi la vieille de 34 ans qui me lit tu dois faire de sacrés économies, non ??

Bisous de Mme à deux poils de la retraite

14 commentaires:

  1. Je crois que mes collègues se demandent pourquoi je viens d'éclater de rire !!! Mais moi la vieille de 45 ans, je peux te dire que ma pince à épiler est passée par là depuis bien longtemps ... et depuis je laisse faire la nature :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça doit être fourni chez toi ... lol ... fourni en poils, hein ?? pas en blancs ... ;-) ...

      Supprimer
  2. C'est de la faute des gosses, moi y'avait rien avant et puis d'un coup j'ai dégénéré. Autre solution, tu y vas franco et tu élimines la totalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours la faute des gosses, la prise de poids, les cheveux blancs, les poils maintenant ... mais ils vont s'arrêter où !!!

      Supprimer
  3. je suis morte de rire...silencieux... car je suis nounou, et une de mes deux louloutes, qui est de forte méchante humeur aujourd'hui, vient JUSTE de s'endormir, colère sur colère depuis ce matin, cela me fait du bien de lire des messages comme ça pendant la "pause", cela me requinque pour la fin de journée.... Justine tu es mon "Prosac", mon aspirine, enfin tout ce qui peut enlever un mal de tête, des angoisses...ect, ect, MERCI DE ME FAIRE RIRE.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouahh quel beau compliment ! Je suis un Prozac ... ! ;-) Je te souhaite bon courage pour le reste de ta journée !

      Supprimer
  4. ah trop forte, tu me fais vraiment rire...Il y a encore la solution de l'épilation totale et définitive lol, comme ça halte aux poils et surtout aux futurs poils blancs qui envisageraient de montrer le bout de leur nez ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop douloureux ! J'aime mes poils quand même ! En tout cas, mon pervers serait ravie ! ;-)

      Supprimer
  5. Une bonne poilade devant mon PC après ma reprise au boulot. Merci! Et à dire vrai, j'ai pas de mômes, et les mêmes problèmes existentiels...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est rassurant on a toutes les mêmes problèmes poilus ou pas !

      Supprimer
  6. excellent !!!! je suis éclatée de rire!!!! on saura tout de toi, c'est génial !!!
    (clamacass de WW)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pleins de secrets cachés ... Ça promet !

      Supprimer
  7. MissDelph02 : je me suis poilée devant mon PC ! Merci pour ce bon moment ;)

    RépondreSupprimer